Dans la matinée de ce mardi 1er décembre 2020, un présumé voleur de moto a été exécuté à mort par des populations, dans la commune urbaine de Kankan. Les faits se sont déroulés au quartier Morioulen.

Agé d’une vingtaine d’années, le présumé voleur aurait arrêté un conducteur de Taxi moto qui serait un vieil homme, lui demandant de le conduire au quartier Sinkèfara avec son bagage. Lorsque ce dernier a voulu attacher le sac qu’il détenait, il a tenté de démarrer la moto pour s’en fuir avec. C’est ainsi qu’il a été appréhendé par des jeunes du quartier, avant d’être lapidé jusqu’à ce que mort s’en suive.

Un témoin qui s’exprime sous couvert d’anonymat relate la scène.

« J’étais à la maison le matin entrain de prendre le petit déjeuner, quand j’ai entendu des gens crier au voleur, c’est comme ça que je suis sorti et je suis venu sur les lieux, j’ai trouvé le propriétaire de la moto que le voleur voulait prendre, je l’ai demandé il m’a dit que sa moto est toute neuve, qu’il l’a acheté le 11 de ce mois. Il m’a expliqué que le jeune l’a arrêté pour lui dire qu’il veut aller à Sinkèfara, mais qu’avant de partir il va appeler son ami là-bas pour connaître sa position, c’est comme ça que le taximètre s’est arrêté pour prendre le sac du jeune et l’attacher derrière sa moto, mais ce sac ne contenait que deux briques et des habits gâtés, au moment où le vieux taximètre était courbé pour prendre le sac à terre, le jeune est brusquement monté sur la moto. C’est lorsqu’il voulait la démarré que le vieux a attrapé la moto et a crié au voleur. Pris de peur, le voleur a laissé la moto pour s’enfuir, le vieux l’a poursuivi tout en criant au voleur, c’est ainsi que des jeunes du quartier l’on attrapé et on commencé à le frapper. D’autres voulaient le bruler vif et d’autres disaient de le remettre aux autorités, mais avec la tension de la foule, ils ont commencé à le lapider de pierres depuis 8 heures jusqu’à ce qu’il soit tombé, un jeune a pris une grosse prière et a fait descendre sur sa tête, ils ont continuer à le cogner avec les pierres jusqu’à ce qu’il a rendu l’âme. »

Le présumé voleur a résisté deux heures sous les pierres qui venaient de partout, selon les témoignages. La police a été appelée et s’est rendue sur les lieux, mais elle a été chassée avec des jets de pierre par une foule en colère et satisfaite d’avoir attrapé un voleur après les récentes scènes d’insécurité enregistrées à travers la ville. Au moment où nous quittions les lieux, le corps sans vie du présumé voleur gisait encore dans son sang au quartier Morioulen.

N’nah NENE