L’affaire du présumé détournement de plus de 200 milliards GNF prend une nouvelle tournure. Djenab Dramé, ministre de l’enseignement technique et principale mise en cause, a décidé de saisir la justice guinéenne.

Dans une communication faite ce lundi, la ministre dit ne plus concevoir le fait de continuer à faire l’objet « de dénigrement délibérée et assumée ». Elle annonce une saisine de la justice pour dit-elle, « réparer certes l’énorme préjudice que j’ai subi avec les miens ».

« Chers concitoyens, Je ne peux accepter d’être accusée et condamnée dans une campagne publique de dénigrement délibérée et assumée, déclenchée par un article paru sur un site d’informations. J’ai donc décidé, moi-même, de saisir la justice pour réparer certes l’énorme préjudice que j’ai subi avec les miens, mais aussi pour me rétablir dans mes droits, surtout pour préserver mon honneur, celui du gouvernement auquel j’appartiens ainsi que l’image de marque de notre pays. Mon avocat, Me Dinah Sampil, fera les diligences nécessaires. Convaincue de mon innocence, il revient désormais à mes détracteurs d’apporter toutes les preuves des graves accusations portées contre moi, afin d’édifier la justice et l’opinion publique. Mais, avant, je remercie tous pour le soutien et la solidarité exprimés dans l’épreuve que je traverse d’une grande injustice et cruauté gratuite. Dieu est Amour, Vérité et Justice », mentionne-t-elle.

Le parquet du Tribunal de Première Instance de Kaloum a, de son côté, annoncé l’ouverture des enquêtes sur cette affaire de détournement de fonds.

Actujeune.com