Suite à la révélation d’un présumé détournement de plus 200 milliards GNF, par le tabloïd Guineenews, les commentaires se multiplient de part et d’autres dans le pays d’Alpha Condé. Pour éviter des préjugés inutiles dans cette affaire où une Ministre est accusée, la rédaction d’Actujeune.com a approché un spécialiste des métiers de contrôle et d’audit qui lui a accordé une interview. Nous vous invitons à lire l’entretien en intégralité.

Actujeune : Bonjour, c’est autour du sujet de détournement de 200 milliards de nos francs par la Ministre Zenab Nabaya Dramé que nous organisons cette interview. Avant tout, présentez-vous à nous.

Mamoudou Nagnalen Barry : Je m’appelle Mamoudou Nagnalen Barry, je suis né et ai grandi à Kankan. Je commence par donner cette précision parce que le nom « Nabaya » que porte l’accusée est celui de ma ville natale. J’ai travaillé en Guinée dans trois métiers d’audit, de contrôle et d’inspection, à la fois dans le secteur privé et le secteur public, notamment au cabinet d’audit représentant KPMG en Guinée, au département Contrôle de gestion du groupe Total Guinée, et à la Banque Centrale en tant qu’inspecteur de banques jusqu’en mars 2015. Ces différentes activités m’ont permis de faire des missions de contrôle dans des institutions publiques et privées, et de participer à de nombreuses formations en Guinée et à l’étranger.

Actujeune : Quelle est votre première lecture de cette révélation accablante qui est arrivée seulement quelques jours après la prise d’un décret par le président de la république allant dans le sens de la lutte contre la corruption ?

Mamoudou Nagnalen Barry : Je n’ai personnellement pas lu le contenu du décret pris par Monsieur Alpha Condé, parce qu’à ce stade, ses annonces publiques ont perdu toute crédibilité, étant donné que les annonces faites dans le passé sont restées sans suite. Par contre, j’ai lu l’article accusant la ministre de corruption sur des montants faramineux pour un pays pauvre comme le nôtre. Je crois que dans une situation normale, la dame aurait bénéficié du principe général et impersonnel de présomption d’innocence. Mais dans un pays où la corruption se fait et se consomme à ciel ouvert, d’ailleurs avec arrogance, le peuple est en droit d’imposer une présomption de culpabilité, en mettant la charge de la preuve sur les gouvernants qui doivent plutôt prouver leur innocence. Sur la base de mon analyse personnelle et des informations supplémentaires que j’ai collectées, je suis convaincu de deux choses pour le moment : cette affaire contient une part substantielle de vérité mais la dame n’a pas agi seule et n’est évidemment ni la seule, ni la plus corrompue de notre pays. Donc, un acharnement unique contre la dame Zenab, malgré qu’elle soit sans aucun doute mêlée à des malversations, en laissant les autres corrompus en paix, ressemble à une chasse ciblée à une sorcière ciblée. Il faut plutôt une approche holistique, impartiale et impersonnelle, qui permettra de stopper l’hémorragie financière dont nos finances publiques sont victimes, et récupérer une partie des biens détournés de l’Etat.

Actujeune : Qu’est ce qui vous fait dire que la dame serait coupable et qu’elle ne serait pas seule ?

Mamoudou Nagnalen Barry : Comme dans tous les pays du monde, quand un citoyen, notamment un gestionnaire de ressources publiques, présente un niveau de vie largement supérieur à ses revenus officiels, la loi lui demande de justifier l’origine des ressources finançant son niveau élevé de vie. Nous les voyons tous à Conakry, à l’intérieur du pays, voire à l’étranger, exhiber sans gêne leurs vies ostentatoires, souvent après quelques mois seulement à des positions publiques. Il s’agit souvent de personnes sans aucune expérience professionnelle, sans aucun patrimoine antérieur, qui partent de locataires à des propriétaires d’immeubles valant dans centaines de milliers de dollars, y compris à l’Occident. Le plus grand mal que l’administration Alpha Condé fait à la Guinée est la normalisation de la corruption. Je me rappelle encore que sous Lansana Conté, les agents de l’Etat cachaient un peu le fruit de leurs actes de corruption. Sous Alpha Condé, il y a même une concurrence d’enrichissement ouverte entre les cadres de la république. Concernant l’existence de complices, il faut rappeler que les procédures d’engagement et de décaissement de dépenses sont encadrées par des textes ne pouvant pas permettre à une seule personne de faire ce qu’elle veut des finances publiques. Les montants élevés ne peuvent donc pas être décaissés par une seule personne, sans la participation d’autres acteurs de la chaine de dépense. Il y a des personnes qui autorisent, des personnes qui vérifient et des personnes qui paient. Nous savons tous qu’il y a des cadres largement plus riches que Zenab et qui, avant l’arrivée d’Alpha au pouvoir, n’avaient presque rien comme patrimoine. Ces personnes ne sont pas que des DAAF et comptables comme les 518 ministres, mais aussi des ministres, des directeurs nationaux et de régies, voire des petits chefs de service ou de section, et des acteurs du secteur privé qui manipulent le système en leur faveur.

Actujeune : Le gouvernement a pris un communiqué condamnant l’article qui accuse son membre de corruption, tout en invitant la HAC à punir le média ayant publié l’article.

Mamoudou Nagnalen Barry : Le gouvernement a agi, comme généralement, avec déception. Il a agi comme une secte de corrompus prenant la défense d’un de ses membres. À la suite d’une alerte de corruption, un gouvernement qui fait un communiqué, non pour annoncer une enquête contre les accusés, mais pour réclamer des sanctions contre les médias, est un gouvernement complice et corrompu. La rapidité même du communiqué prouve à suffisance qu’aucune investigation n’a été menée pour s’assurer de l’innocence de l’accusée. La menace contre les médias est encore plus triste quand on sait que dans les pays qui veulent avancer, les lanceurs d’alerte sont protégés car eux seuls permettent souvent de détecter des fraudeurs que même les plus solides contrôleurs ne peuvent identifier.

Actujeune : la ministre accusée aussi a fait une déclaration demandant de prendre son poste, mais de ne pas toucher à son honneur. Que vous inspire ce communiqué ?

Mamoudou Nagnalen Barry : Je ne connais pas du tout la ministre en question, et, en tant que sœur guinéenne, je souhaite que son honneur de femme ne soit pas affecté, dans la mesure du possible. Les attaques sur sa personne et les spéculations sur ses relations intimes doivent cesser. Mais sur le fonds, il faut ouvertement dire qu’il y a peu d’honneur à servir un gouvernement qui excelle dans le détournement des deniers publics dans un pays si pauvre. Les montants en question sont extrêmement importants pour un pays comme le nôtre. Avec 200 milliards de francs guinéens, on peut changer le visage d’une grande ville guinéenne et améliorer considérablement le niveau de vie de ses populations, avec des emplois à la clé pour les jeunes et pour les femmes. On peut doter chacun des environs 4500 villages de la Guinée en forage. On peut faire tellement de choses avec ce montant qui fait quand même plusieurs années de budgets pour certains ministères. Pour un fonctionnaire, c’est encore astronomique car 20 millions de dollars peuvent payer un président américain pendant 40 ans. Par ailleurs, il faut que le gouvernement se mette à l’évidence que de simples communiqués ne peuvent pas blanchir ses membres. Le peuple exige plus, si non ça devient quand même très facile de balayer de si importantes accusations avec un simple communiqué. Ce communiqué fut une réelle expression de solidarité après tout, mais de solidarité dans le mal tristement. De toutes les façons, ce n’est pas notre sœur Zenab qui aurait détourné tout ce montant.

Actujeune : Le président Alpha Condé a promis de sévir contre les corrompus lors de ce troisième mandat qu’il veut utiliser pour servir le peuple.

Mamoudou Nagnalen Barry : (rire)

Actujeune : Pourquoi vous riez ?

Mamoudou Nagnalen Barry : Depuis que j’observe les activités politiques, Monsieur Alpha Condé est le seul qui a pu me tromper et que je n’ai pas vu venir. Depuis les années 90 et le début des années 2000, il promet de sévir contre les corrompus quand il sera au pouvoir. Il a passé 10 ans au pouvoir, la corruption s’est endémisée voire normalisée. Des milliards de nos francs sont détournés par des cadres qui continuent encore de bénéficier de sa confiance. Il a annoncé plusieurs fois, lui-même, des cas de corruption, mais il continue à travailler avec les personnes accusées qui ont encore accès à nos ressources. Ne trouvez vous pas ridicule que le même Alpha Condé parle encore de lutte contre la corruption après un forcing illégal pour se maintenir au pouvoir. Les cadres qu’il a laissés détourner pour financer et intimider afin de faire passer son coup d’état dans la violence, ne seront jamais inquiétés par Alpha. Détrompez-vous, il ne fera rien, sauf par miracle. Enfin, dire qu’il va gouverner cette fois-ci pour le peuple, est encore plus aberrant. Donc il a gouverné contre le peuple pour ses deux premiers mandats ? Ou il a gouverné uniquement pour ses amis et sa famille qui se sont enrichis sur le dos du peuple de Guinée. Je pense qu’en ce 21ème siècle, on peut continuer à faire le mal, mais c’est irrespectueux de croire que les gens sont aveugles et ne voient pas le mal qu’on leur fait. Le peuple voit, sait, et enregistre tout.

Actujeune : à vous entendre, on a l’impression que rien ne sera fait.

Mamoudou Nagnalen Barry : Je suis convaincu que rien ne sera fait. Sauf par miracle, Monsieur Alpha Condé ne peut pas gérer ce pays avec de la rigueur, il ne peut pas combattre la corruption car il en est le principal responsable. C’est lui qui nomme des cadres incompétents et refuse de les punir quand ils commettent les crimes financiers. Peut-être que ces cadres agissent en son nom, qui sait ! Si non, ce n’est pas aussi compliqué de combattre la corruption. La loi est là, applique-la.

Actujeune : Mais nous avons déjà observé des actes concrets posés dans le cadre de la récupération des domaines de l’Etat par exemple.

Mamoudou Nagnalen Barry : Je crois que la récupération des domaines de l’Etat est une bonne chose en soi, tant qu’elle s’applique de façon impersonnelle, et qu’elle ne cible donc pas les présumés opposants au pouvoir. Ce que nous avons vu pour le moment est sélectif et ciblé, avec une allure affichée de chasse aux sorcières. Par contre, beaucoup de cadres proches de Monsieur Alpha Condé, font ce qu’ils veulent des domaines et immeubles de l’Etat, sans être inquiétés, au vu et au su de tout le monde. Je crois que Monsieur Alpha Condé doit apprendre à être sincère avec lui-même et à respecter le peuple de Guinée. Si ce sont les belles paroles et les belles promesses, le peuple en a entendues. Mais des actions concrètes, le peuple n’en a presque jamais vues. Il est donc temps d’arrêter les paroles qui n’ont plus aucune crédibilité, et de poser des actes afin de donner un semblant de crédit à son image qui a perdu toute crédibilité, y compris dans son propre camp. Partout en Guinée, la majorité souffre, y compris au RPG, où la majorité des jeunes militants vit encore dans une sorte de mendicité. Parmi mes amis qui ont milité pour le RPG depuis toujours, il n’y a pas 3 personnes qui ont une situation acceptable. Des dizaines végètent encore dans la pauvreté, pendant que des arrivistes s’enrichissent sans réserve. La corruption entretenue par Alpha est donc au détriment de tout le peuple de Guinée, de tous les partis et de toutes les régions.