Après les récentes exactions enregistrées à Kankan en marge de la campagne électorale, plusieurs victimes ont décidé de quitter la ville pour se réfugier dans leurs localités d’origine. Ce mercredi, des femmes et des enfants qui ont vu leurs biens mis à sac pendant ces violences sont arrivés à Mamou.

Ce sont des citoyens guinéens qui disent avoir perdu presque tout, durant les deux jours de violences dans le Nabaya. Fatoumata Barry, l’une de ces victimes revient sur les incidents malheureux qu’elle et sa famille ont vécus.

« Des jeunes habillés aux couleurs du RPG sont venus nous agresse. Tout ce qui était dans nos maisons a été saccagés. Nos jeunes ont tenté de résister mais les casseurs  étaient accompagnés par des hommes en tenue », a-t-elle relaté, rapporté par nos confrères qui l’ont interviewée à sa descente du véhicule qui les ont ramenés de Kankan.

Conducteur de Camion, Alhassane Sall, dit avoir transporté gratuitement ces ressortissants, de Kankan à Mamou les aider à regagner leurs localités, rapporte la même source.

En 2010, des violences électorales avaient également été enregistrées en Guinée. Plusieurs citoyens ont dû quitter des villes pour se réfugier dans leurs localités d’origine, soit après avoir été victimes d’exactions ou par peur d’en subir.

Actujeune.com