L’État guinéen peine toujours à organiser le procès des massacres du 28 septembre 2009, pour situer les responsabilités. Invité ce mardi 14 septembre  dans l’émission les “Grandes Gueules”, le Président du parti Rassemblement Guinéen pour le Développement (RGD), candidat à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, a déploré le retard dans la tenue du procès du 28 septembre. 

Dans sa communication sur la non tenue jusqu’à nos jours dudit procès, Maître Abdoul Kabélé a d’abord martelé qu’il ne « subordonnerais jamais l’organisation d’un procès à la construction d’un palais de justice ». Il a par la suite rappelé que depuis 10 ans maintenant, le dossier pour la tenue du procès des massacres du 28 septembre est suspendu et ce, malgré « l’interpellation de temps à autre de la CPI ».

L’homme de droit s’interroge d’ailleurs sur comment « On peut subordonner la tenue d’un procès aussi important à la construction d’un palais de justice dont la première pierre a été posée et on ne voit encore pas les murs se lever ?». Avant de déclarer : « C’est extraordinaire ».

Pour ce juriste, avant de parler de l’indépendance de la justice, il faut que « l’État assume ses responsabilités en dotant la justice d’infrastructures qu’elle mérite ». Maître Kabélé estime que « tous les palais de justice sont à refaire ».

Saïdou Diallo