En pôle position pour la course à la magistrature suprême de la République de Guinée le 18 octobre, à la lumière de l’engouement que suscite sa candidature, Cellou Dalein Diallo, envisage de poser des actions fortes dans le cadre de la réforme des services de sécurité et de défense du pays, une fois installé à Sékhoutouréya. 

A travers le programme de société de l’UFDG, dont un exemplaire est parvenu à la rédaction d’Actujeune.com, Cellou Dalein et son parti estiment que « les problèmes qui minent les forces de défense et de sécurité sont : le manque de discipline et le non-respect de la hiérarchie dus à la méconnaissance de la mission assignée à celles-ci ; conflit de compétence ; insuffisance des moyens matériels et vétusté des équipements limitant sérieusement ses capacités opérationnelles ».

Après avoir indiqué qu’elle soutient le programme de réforme des forces de défense en cours, l’UFDG soutient qu’il y a une nécessité de le poursuivre, mais précise que pour une « véritable réforme des forces de défense et de sécurité, il faut en effet rétablir la confiance rompue entre les corps en uniforme et les citoyens qui ont subi des abus, des violences et des souffrances infligées par ceux- ci », lit-on dans le programme de société de l’UFDG.

Pour le parti de Cellou Dalein, il faut une « nouvelle politique de réforme des forces de défense et de sécurité ». Celle-ci s’accentuera sur trois principaux grands axes stratégiques.

Nous vous les proposons ci-dessous, comme mentionné dans le projet de société de l’UFDG.

Action 3.1 : Renforcement de la gouvernance au sein des forces de défense et de sécurité

Développer une vision et une mission pour les FDS sur la base d’une politique nationale de sécurité fondée sur :

– rénover le cadre législatif des forces armées, de la police et de la gendarmerie répondant aux standards internationaux ;

– Mettre en place un mécanisme de contrôle civil et démocratique afin d’assurer le contrôle des FDS par le législatif, le judiciaire, l’exécutif (Ministères : Finances, Budget), la société civile, les institutions nationales de droits de l’homme, et par les services internes des FDS ;

– Améliorer les relations entre civils et militaires en s’appuyant sur des actions de communication et de relations publiques ;

– Formuler et mettre en application un code de conduite intégrant les résolutions 1325, 1820 et 1888 des Nations Unies ainsi que la protection des enfants, sa vulgarisation à grande échelle à travers des émissions radios et autres activités de sensibilisation, et le suivi de leur mise en œuvre dans chacune des forces de défense et de sécurité.

Action 3.2 : Modernisation de la gestion des FDS.

Cette thématique qui favorisera des changements importants et consistera à :

– Mettre une stratégie de rationalisation opérationnelle des effectifs

üRétablir la pyramide des grades et des fonctions ;

– Intégrer la dimension genre dans la gestion des FDS (recrutement, formation et responsabilisation des femmes) ;

– Procéder au recensement biométrique des FDS;

– Installer un mécanisme de type DDR pour assurer les transferts selon les règles et principes établis, prenant en compte la formation et la sensibili- sation des hommes et rendant effective la mise à la retraite des militaires conformément aux règles et principes en vigueur;

– La validation et l’application effective des textes législatifs et réglementaires;

Action 3.3 : Renforcement des capacités des FDS à travers les mesures suivantes :

– Mettre en place d’infrastructures répondant aux normes et standards requis ;

– Equiper en moyens logistiques spécifiques et de communication; üCréer de laboratoires de langue anglaise;

– Renforcer les capacités du haut commandement de la gendarmerie;

– Délocaliser certaines unités de Conakry vers les régions de l’intérieur, ce qui nécessite de nouvelles implantations et la mise à disposition de moyens logistiques adaptés ;

– Réhabiliter les usines militaires.

– Renforcer des capacités de l’inspection générale des services de sécurité;

– Renouveler toutes les uniformes;

– Reconstruire/Rénover les cités de police, ainsi que les cantonnements, les commissariats et postes de police.

Des mesures stratégiques d’accompagnement seront appliquées en fonction des corps et se réaliseront. Il faut citer notamment, la délocalisation, la réhabilitation des usines militaires, l’élaboration de politiques sous-sectorielles adaptées aux enjeux et défis sécuritaires en Guinée, en Afrique et dans le monde.

Focus Actujeune.com