C’est la toute première fois que la junte militaire au Mali déclare publiquement qu’elle est pour une transition coordonnée par un militaire, contrairement à ce qu’exige la CEDEAO.

Près d’un mois après leur prise du pouvoir, les militaires malien réunis au sein du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), ont indiqué qu’ils souhaitaient une transition menée par un corps habillé. Ils disent répondre à la sollicitation du peuple malien.

« Nous avons dit clairement à la CEDEAO que nous sommes au service du peuple. Dans la mesure où la majorité a parlé d’une transition militaire, nous avons suggéré qu’on puisse aller dans ce sens », a déclaré CNSP via son compte Twitter.

Cette annonce qui intervient après des échanges en début de semaine, entre le CNSP et les dirigeants ouest-africains, reste opposée à la position de la CEDEAO. L’organisation sous-régionnale pour sa part exige une transition avec un président civil et un premier ministre également civil. Et selon le colonel Wagué, la CEDEAO a indiqué que ses « conditions ne sont pas négociables » et que si le CNSP persiste, elle est à mesure de faire un « embargo total », rapporte RFI.

L’envoyé de la CEDEAO pour le Mali, Goodluck Jonathan, est attendu pour une nouvelle fois à Bamako la semaine prochaine. Il y sera pour prendre connaissance des premières propositions de la commission de nomination des membres de la transition, précise le média français.

Abdoulaye KABA