La prorogation de l’état d’urgence sanitaire qui a eu lieu à quelques jours du début de la campagne pour la  présidentielle de 2020 en Guinée, préoccupe plus d’un.

La Présidente du parti Front pour l’Alliance National (FAN), Makalé Camara, qui est candidate au scrutin prévu pour le 18 octobre prochain, dit voir derrière cette démarche du chef de l’État, une volonté manifeste visant à empêcher les candidats de l’opposition de battre campagne, alors que le camp présidentiel lui, a déjà entamé la sienne.

« Vu ce qui se passe sur le terrain, même hier nous voyons la réception qui a eu lieu à Kolabounyi du côté de Boké, nous nous demandons finalement, quelle position il faut vraiment adopter », s’interroge t-elle au cours d’un entretien accordé  à la radio bonheur fm.  Propos rapportés par Guinee360.

Suite à cette remarque, la Présidente du FAN indique que personne n’est en mesure d’interdire à l’autre de descendre sur le terrain afin de conquérir son électorat. Pour elle « comme l’exemple vient d’en haut »,  cela veut dire qu’il faut faire la campagne « sans dire le non ».

Puis de poursuivre en ces termes : « nous allons copier ce que la mouvance est en train de faire, nous allons faire la même chose. Parce que nous sommes tous des citoyens égaux devant la loi ».

Se prononçant sur la préoccupation de certains observateurs, qui prédisent un léger report de la date du 18 octobre, pour le fait que l’état d’urgence sanitaire a été prolongé d’un mois, Makalé Camara se dit être convaincue que cela pourrait atténuer la tension politique qui pointe à l’horizon.

« Je pense que cela permettrait d’ouvrir un dialogue avec tous les partenaires, pour que ce pays soit en paix et qu’on ait des élections apaisées, crédibles qui seront acceptées par tous. Mais, c’est la sagesse qui commende cela », précise la même source.

Saïdou DIALLO