Au terme d’une mission qui a duré un mois, les émissaires de la CEDEAO, ont fait un compte-rendu de leur travail qui a porté sur l’assainissement du fichier électoral guinéen. S’exprimant sur les statistiques données, Bah Oury a émis des doutes sur la fiabilité dudit fichier. 

Dans sa publication sur sa page Facebook, le leader du parti Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG), a déclaré que les évolutions « en yo-yo sont remarquables et édifiantes »

Pour l’opposant à un troisième mandat d’Alpha Condé, nul ne peut attester « sérieusement de la fiabilité de ce fichier ». Il affirme que la rectification du fichier de mars 2020 « pose ipso facto la nullité des élections législatives et du référendum »

Aux dires de l’ancien ministre de la réconciliation nationale, rien ne peut justifier que le total du fichier de 2015 soit supérieur à celui proposé pour l’élection présidentielle d’octobre 2020. Selon lui, « la CENI acte officiellement sa perte de crédibilité et d’honorabilité ! Elle oublie ou feint d’ignorer que tout acte administratif induit automatiquement un fait juridique ».

Pour conclure, Bah Oury précise : « la rectification du fichier qui a servi au double scrutin des législatives et du référendum de mars 2020, amène purement et simplement leur annulation c’est le droit ! »

Saïdou DIALLO