Des violences ont éclaté en mai dernier à Coyah. Plusieurs citoyens ont manifesté pour la levée d’un barrage érigé dans la localité dans le cadre de la riposte contre le Covid-19. Ces troubles ont occasionné la mort d’au moins cinq (5) personnes et des dégâts matériels importants.

Face à la presse ce jeudi, le ministre de la justice, Mory Doumbouya, a évoqué des avancées dans l’identification des auteurs de ces crimes. Il a indiqué que les enquêtes ouvertes ont permis d’interpeller un agent des forces de défense du camp d’infanterie de Coyah.

« Des cas d’atteinte à l’intégrité physique des personnes ont été portés à la connaissance des autorités judiciaires. Sans tarder, une enquête contre X a été ouverte pour pouvoir identifier les participants en termes d’auteurs principaux, de complices et de co-auteurs à la conception et à l’exécution des infractions constatées sur le théâtre des opérations (…) Un élément des forces de défense appartenant au camp d’infanterie de Coyah a été dénoncé. Immédiatement, cela a fait l’objet de vérification et des mesures ont été prises en vue de son interpellation », a-t-il déclaré, rapporté par Visionguinée.

Pour le patron de la chancellerie, cette action vise à démontrer au monde que la justice guinéenne ne prend parti pour personne : « Si des informations sont portées à la connaissance des services compétents de l’Etat, pas des simples supputations ou suppositions, il est de notre devoir de réagir et de prouver à la face du monde qu’en réalité, les autorités judiciaires ne protègent aucun élément », a-t-il dit pour conclure.

A rappeler que sur l’axe Hamdallaye-Kagbélen, des manifestations ont fait plusieurs morts, mais pour le moment les enquêtes peinent à aboutir.

Aïssatou Djibril