Malgré des propositions faites par certains citoyens guinéens à l’opposition, pour pouvoir contrecarrer le pouvoir en place, les opposants ont décidé d’aller en rang dispersé contre la candidature d’Alpha Condé à l’élection présidentielle du 18 octobre.

Le Président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSC-G), Dr Dansa Kourouma, dans une interview qu’il a accordée à la rédaction d’Actujeune.com sur la situation socio-politique actuelle du pays, est revenu sur le contexte de l’élection présidentielle d’octobre.

« On est face à une candidature contestée du Président en exercice, nous avons également beaucoup de tensions, il y a  l’appel de boycott de certains partis politiques de l’opposition », a-t-il fait remarquer au micro d’Actujeune. 

Pour le Président du CNOSC-G, avec la candidature d’Alpha Condé à cette échéance électorale : « il va falloir que l’opposition apprête bien ses armes parce que, la bataille de cette élection présidentielle de 2020, n’est pas du tout facile car l’opposition part divisée devant un pouvoir qui a rassemblé beaucoup de soutiens, un pouvoir qui a les moyens, qui a des antécédents de répressions des manifestations »

L’activiste de la société civile guinéenne indique que « la machine gouvernementale et administrative travaillent d’arrache-pied ». C’est pourquoi soutient-il que « l’opposition avait tout à gagner en partant unie à cette élection »

12 candidats sont engagés dans la course pour Sékhoutoureya, selon une liste définitive publiée ce mercredi par la cour constitutionnelle. Une seule candidature a été rejetée pour non-conformité avec l’article 42 de la Constitution, indique la Cour.

Reste à savoir, qui sera déclaré vainqueur,  à l’issue du rendez-vous du 18 octobre prochain. 

Saïdou DIALLO