Les réactions continuent au sein de la communauté sous-régionnale et internationale, suite à la destitution du pouvoir malien, d’Ibrahim Boubacar Keïta, par des putschistes.

Pour le président sénégalais, « le coup de force contre un Président démocratiquement élu constitue une violation du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance »

Macky Sall estime qu’il y a lieu d’agir le plus tôt que possible, pour éviter que le Mali ne tombe dans une « impasse politique »

« Nous l’avons fermement condamné. ‬
Il nous faut agir avec responsabilité et célérité afin d’éviter que le Mali ne sombre dans un vide institutionnel et dans une impasse politique
», peut-on lire dans un post fait sur les différentes plateformes du Chef de l’État.

Un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO se tient ce jeudi sur la situation sociopolitique au Mali.
« Nous sommes mobilisés pour l’adoption de décisions fortes en vue d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel au Mali », a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara, sur sa page officielle Facebook.

Abdoulaye KABA