Le procès d’Oumar Sylla du FNDC s’est poursuivi ce mercredi 20 août 2020, au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Au cours des débats, la représentation du ministère public a proposé dans son réquisitoire, une peine non insignifiante, de 2 ans d’emprisonnement et 30 millions d’amende contre l’accusé.

« Pendant plusieurs heures, comme dans une salle de cinéma ou dans un théâtre, monsieur le procureur de la République, dans un ton beaucoup plus ou moins humoristique, s’est aventuré à qualifier le FNDC de tous les noms d’oiseaux, à le qualifier de milice, de personnes prêtes à organiser des troubles à l’ordre public. Finalement pour aboutir à Monsieur Sylla Oumar “Foniké Menguè” qu’il a qualifié de tête de liste de ces milices qui se foutent de l’ordre publique et dans son réquisitoire sur la peine, le parquet propose 2 ans d’emprisonnement et 30 millions d’amende », explique le porte-parole des avocats de la défense Me Salifou Béavogui

La défense pour sa part, après avoir pris acte de ce réquisitoire a demandé un report léger, le temps pour elle de revenir en force.
« Nous avons sollicité le report juste le temps pour nous de répliquer, de nous préparer. Vous n’êtes pas sans savoir que depuis le matin nous sommes là, l’esprit aussi à besoin d’un petit repos. Finalement le dossier a été reporté pour demain vendredi 21 août à 10h » a-t-il rajouté.

Le pool d’avocats du frontiste promet : « Nous serons là pour démonter point par point ce réquisitoire, pour le mettre à terre parce que pour nous, notre client n’a commis aucune infraction. Il est victime d’injustice, il est simplement arrêté pour ses opinions politiques », déclare Me Béavogui.

Aïssatou Djibril