Plusieurs femmes ont manifesté à Sonoyah (Coyah), ce lundi, pour s’opposer à une décision des autorités visant à déguerpir les occupants du marché de cette localité.

Les manifestantes ont investi le marché où elles se débrouillent, pour se faire entendre. Elles dénoncent « la vente » du domaine et interpelle le président Alpha Condé sur leur situation.

« Ça fait longtemps qu’ils veulent vendre ici. Chaque fois, ils viennent menacer de nous déguerpir de ce site. Quand on a demandé de savoir qui a vendu le site, l’administratrice du marché nous a dit qu’elle a échangé avec le président de la République qui lui aurait dit de quitter le terrain. Mais, on a compris qu’elle est complice .Donc nous voulons attirer l’attention du président Alpha Condé sur cette magouille et sur notre situation de précarité. C’est ici qu’on trouve à manger. Moi qui vous parle, mon mari m’a quitté il y a 6 mois. Donc c’est ici qui représente mon mari. Ça fait maintenant plusieurs jours qu’on n’arrive pas vendre. C’est pourquoi nous manifestons ce matin pour savoir si c’est Alpha Condé qui a vendu notre marché ou si c’est un autre réseau », a déclaré M’Ballia Cissé, porte-parole du collectif. Des propos rapportés par le quotidien Guineematin.com.

Catégoriquement opposées à toutes opérations de déguerpissement, ces vendeuses disent avoir été installées dans ce marché par les autorités locales et promettent qu’elles ne quitteront pas cet endroit.

« C’est un certain Foté qui se trouve au bureau du quartier qui nous a installées ici, il y a plusieurs années. A l’époque, on a payé entre 200 et 300 000 francs par personne. Et depuis, on paie régulièrement les taxes journalières et mensuelles. Donc, quelle que soit la pression, on ne quittera pas ici parce qu’on est guinéennes aussi », a renchéri M’Ballia Cissé.

Le chef de quartier qui s’est confié hors micro à nos confrères de Guinéematin, affirme que cette partie du marché est un domaine de l’Etat.

Aïssatou Djibril