La coalition anti nouvelle constitution et troisième mandat a-t-elle lâché du leste? Est-ce une revisite de sa stratégie qu’on lui prescrivait depuis quelques temps? Un recul stratégique ou une réaffirmation de position?

Abdourahamane Sanoh s’est exprimé sur la situation socio-politique de la Guinée dans une interview accordée à Jeune Afrique.

Le leader du FNDC affirme ne trouver aucune réserve à ce que les partis membres de sa coalition prennent part à la joute électorale d’octobre 2020, il dit également être ouvert au dialogue et selon lui « On ne peut pas vouloir le principe de démocratie sans être animé par l’esprit de dialogue. »

Ci-dessous un extrait de l’interview

Pour l’instant, Ousmane Kaba, du Pades, est le seul membre du FNDC a avoir déclaré sa candidature. Dans le même temps, les autres partis politiques qui participent à votre mouvement appellent à boycotter le scrutin si le président Alpha Condé se présente. Ne craignez-vous pas une scission au sein même du FNDC ?

C’est bien la preuve que le FNDC n’est pas politisé. Je le répète, le FNDC n’est pas une coalition politique qui aurait pour objectif de conquérir le pouvoir. C’est un simple mouvement citoyen qui veut favoriser la démocratie dans le pays. Ceux qui décident d’aller aux urnes sont dans leur droit.

Le dialogue est-il possible avec les membres de l’exécutif ?

Pourquoi pas ? On ne peut pas vouloir le principe de démocratie sans être animé par l’esprit de dialogue. Nous sommes un mouvement pacifique, et le dialogue fait partie de l’un de nos principes fondamentaux.

Des désaccords subsisteront, notamment sur la question du troisième mandat, mais, dans la situation dans laquelle se trouve le pays, nous devons nous réunir autour d’une table.

En 2010, c’est à travers le dialogue, sous la houlette de la Cedeao et de la communauté internationale, que nous avons pu aboutir à la Constitution de mai. Celle qui a permis à Alpha Condé d’arriver au pouvoir dans le cadre d’élections civiles et structurées. Si le dialogue est au bout du canon, à nous d’en tirer les conséquences.

Comment les autres membres de la coalition notamment l’UFDG, principale mobilisatrice, réagiront-ils à cette sortie? Récemment Sékou Koundouno, responsable de la stratégie du front parlait d’auto exclusion en ce qui concerne les partis politiques inscrit dans la dynamique de participer aux élections avec ou sans Alpha Condé. Notamment le PADES de Dr Ousmane Kaba.

Daraba