Le drame est survenu ce samedi 08 août 2020 dans le district de Kolenda, relevant de la sous préfecture de Doko. Moussa Doumbouya meurt en expérimentant, l’efficacité de son fétiche anti-balle.

Revenu fraîchement de la République du Mali, où il s’est procuré d’une amulette pour se protéger des balles, Moussa décide de tester son gri-gri. Il se fait alors accompagner en pleine brousse par son jeune frère Nouhan et quatre autres personnes pour essayer sa nouvelle protection. Ce dernier lui ôte involontairement la vie à l’aide d’un fusil pendant le processus d’essai. 

« Moussa Doumbouya était parti se procurer d’une amulette anti-balle en République du Mali. Hier matin, il est revenu avec son fameux sésame de protection anti-balle. A la mi-journée d’hier, il s’est fait accompagner en brousse par 5 personnes parmi lesquelles figure son jeune frère Nouhan pour faire l’essai. Arrivés en pleine brousse, ils ont pris le fusil. Dans un premier temps, l’anti balle a été fixé sur un arbre, ils ont tiré, ça réussi. Ensuite, Moussa Doumbouya, le propriétaire de l’amulette l’a porté. Les autres ont refusé de tirer sur lui. Finalement il a dit à son jeune frère de tirer sur lui. Ce dernier a obtempéré. Lorsqu’il a ouvert le feu, Moussa a été atteint au bas ventre. Voyant son état, ils l’ont amené d’urgence au poste de santé de Kolenda, où les médecins les ont référés à Siguiri. Finalement il est mort en cours de route en partance de l’hôpital préfectoral de Siguiri. Le père des deux (victime et auteur) a témoigné qu’il n’y avait pas d’antécédent entre eux. Il se remet au destin », a expliqué Djambaya Moriba, témoin des faits. Des propos rapportés par nos confrères d’Africaguinee.com.

Le jeune frère de la victime, présumé auteur du meurtre, a été mis aux arrêts par la gendarmerie en attendant d’être situé sur son sort.

Aïssatou Djibril Sow