Le Maire de la commune de Matoto, Mamadouba Toss Camara, semble ferme et catégorique quant à l’interdiction de la manifestation projetée par le FNDC pour ce 20 juillet. Hier l’état d’urgence sanitaire s’est vu prorogé d’un mois par le président Alpha Condé.

Au sortir d’une rencontre ce mercredi 15 juillet, avec les chefs de quartier de sa circonscription, Mamadouba Toss a indiqué qu’ils ne permettront la tenue d’aucune manifestation en cette période de pandémie. Contrairement à la détermination des frontistes de manifester, le Maire met en garde toute personne qui tentera de braver sa décision. 

«…Comme les manifestations ne vont pas se faire sans les attroupements en cette période, nous n’allons pas accepter qu’il y ait manifestation même s’il y avait des courriers d’information en tant que cette pandémie sévit dans notre commune. Quiconque sera interpelé lors de la manifestation du 20 juillet par les services de sécurité, sera déféré. Notre ennemi commun aujourd’hui devrait être le Covid-19. Pour que ce virus quitte notre pays, il va falloir qu’il y ait une synergie d’action. Mais, quiconque faillira à cette instruction, va répondre devant les juridictions compétentes », a-t-il déclaré. Des propos recueillis par le tabloïd Mosaïqueguinee. 

A rappeler qu’une première date de manifestation annoncée par le front avait été refusée par les mairies qui devraient abriter l’itinéraire de la marche notamment celles de Matoto, Matam et Kaloum.

Abdoulaye Kaba