C’est à l’issue d’une plénière extraordinaire des leaders de la coalition convoquée, suite à l’avis d’interdiction des mairies de Kaloum, Matam et Matoto, que la décision a été prise. Le front anti nouvelle constitution et troisième mandat ajourne sa marche prévue le 8 juillet.

Le mouvement socio-politique pour justifier ce choix, met en avant le refus « illégal » de sa manifestation par les autorités guinéennes. En vertu de certains points énoncés par Abdourahamane Sanoh, son coordinateur, il projette de nouvelles manifestations.

« Le Fndc prend acte de l’interdiction illégale de sa marche citoyenne du 8 juillet 2020 face à cet abus inacceptable, du pouvoir qui intervient au moment où nous constatons avec regret: 

1- La crise institutionnelle due à la démission à l’illégalité et à l’illégitimité des institutions Assemblée nationale Ceni cour constitutionnelle 

2- Le parjure commis par Monsieur Alpha en violant la constitution de mai 2010 sur lequel il a juré par deux fois de respecter et de faire respecter

3- Le refus délibéré de la mise en place de la haute cour de justice seule juridiction devant laquelle M. Alpha Condé est censé être jugé pour cette haute trahison

4- L’obstination de M. Alpha Condé de rester au pouvoir par la force des armes en assassinant les citoyens.

Le Fndc appelle le peuple ainsi que toutes les forces vives de la Nation à une manifestation sans précédent le 20 juillet 2020 ».

Actujeune.com