Seul homme politique guinéen, depuis 2010, à avoir foulé le pied partout à travers le pays pour battre campagne, le président de la première force politique de Guinée, l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg), Cellou Dalein Diallo, selon différents analystes politiques, “pourrait favoriser la présidence à vie d’Alpha Condé avec ses conditions pour aller à un dialogue ou participer à la prochaine élection. Il devrait plutôt œuvrer pour la tenue du dialogue au cours duquel un chronogramme de l’élection présidentielle, jumelée aux législatives et un référendum constitutionnel sera fixé“.

Cellou-et-Sidya-1.jpg

Cellou Dalein et Sidya Touré ont tout intérêt à la tenue du dialogue. Un dialogue qui décidera la Communauté internationale à s’impliquer davantage.

Invité de Radio-France international pour commenter l’acte de la Commission électorale de Guinée, qui a fixé au 18 octobre 2020 la date de la tenue de la prochaine élection présidentielle en Guinée, le leader de l’Ufdg a déclaré : “nous n’acceptons pas la Constitution. Nous ne reconnaissons pas le parlement. Nous exigeons que le scrutin du 22 mars soit annulé. Sans compter que nous avons un problème sérieux avec le fichier électoral qui a été tripatouillé à plusieurs reprises, tout le monde le sait. Nous voulons aller aux élections mais nous voulons que toutes les conditions d’un scrutin inclusif, transparent et juste soient réunies”.

Alpha Condé a toujours trompé ses adversaires

A Conakry, Dakar, Abidjan et dans nombre d’autres villes de résidence de la diaspora guinéenne, cette déclaration du numéro Un de l’Ufdg est commentée différemment. Certains, majoritaires, soulignent que “Dalein a raison. Alpha Condé a toujours trompé l’Opinion et les acteurs politiques du pays. Il signe ceci, donne son accord pour cela. Au finish, il ne respecte rien. Regardez avec cette affaire d’installation des Conseils de quartiers et de districts, élus depuis février 2018. C’est maintenant qu’il ordonne que ces élus soient installés”.

Pour ces commentateurs, “Alpha Condé ne respecte même pas le verdict des urnes que sa Commission électorale lui fabrique. Donc négocier avec lui, c’est perdre du temps. Il a demandé à ses militants de se préparer pour les affrontements. Mais en réalité, il s’adressait aux chefs de la Police, de la Gendarmerie et de l’Armée qui sont les principaux bénéficiaires de sa caisse noire. Il leur a dit de se tenir prêts pour mater les militants de l’alternance. Son parti Rpg arc-en-ciel et tous ses satellites n’ont pas de militants pouvant freiner les démocrates guinéens. Donc Dalein a raison de ne pas aller comme ça à la prochaine élection”.

Mais d’autres, moins nombreux mais plus réalistes voient les choses autrement. Pour eux, “si les élections sont libres, transparentes et supervisées par la Cedeao et l’Oif, Dalein a des chances de les gagner, y compris au premier tour. Il a intérêt à s’investir pour la tenue du dialogue au cours duquel il va exiger que le fichier électoral sera refait entièrement. Également il devra exiger qu’à cette élection présidentielle soit couplés les législatives et un référendum constitutionnel. Comme cela, le président élu aura toutes les chances d’avoir sa majorité et la Guinée une Constitution“.

Si Alpha Condé l’avait pu, il aurait démantelé l’Ufdg qui est incontestablement la première force politique de Guinée.

Pour cette minorité, “ce serait régler en même temps cette affaire de députés nommés par le président Alpha Condé et surtout offrir au pays une constitution que le Fndc devrait proposer en remplacement de celles d’Alpha Condé car il y a différentes versions dont celle soumise au référendum du 22 mars et celle publiée dans le Journal officiel. Si c’est un président issu des rangs du Fndc qui gagne, c’est leur constitution qui serait la bonne. Mais si c’est un candidat du camp d’Alpha Condé qui gagne, ce serait celle qu’il a promulguée. Le dialogue est à l’avantage du Fndc. Faudrait pas qu’ils attendent la veille pour y aller“.

l’erreur de Dalein en 2015

L’Ufdg de 2015 était de loin meilleure à celle de 2010 qui avait vu, selon certaines sources, Cellou Dalein Diallo gagner dès le premier tour. Pour empêcher cette victoire, il a fallu annuler les résultats dans la Commune de Ratoma, plus importante circonscription électorale guinéenne et bastion de l’Ufdg. En 2010, les jeux étaient plus ouverts. Mais quatre années plus tard, suite aux législatives difficilement organisées par le pouvoir en 2013, Alpha Condé avait compris qu’il fallait faire un fichier électoral permettant d’assurer aux candidats de son parti, à toute élection, de gagner.

Pour un analyste politique guinéen, “si Dalein avait de bons conseillers en 2015, il aurait désisté lors de son discours final, à l’esplanade du Palais du peuple, pour dire que les conditions minimales n’étaient pas réunies. Ses conseillers auraient du attirer son attention sur le fait que l’entourage d’Alpha Condé parlait avec arrogance et disaient que la victoire leur était assurée dès le premier tour. C’est ce qui s’est passé. Dalein n’avait rien à gagner dans cette élection. A sa place, moi j’aurais appelé à voter Sidya Touré ou s’abstenir. Et cette année, ce qu’il doit chercher à obtenir, c’est un fichier électoral consensuel, notamment à Conakry, et dans toutes les régions de la Basse et moyenne guinée, Dakar, Abidjan, Luanda, Bamako, New-York, etc. Des millions d’électeurs n’y ont pas été récensés“.

Pour un autre commentateur, “c’est au dialogue que la Communauté internationale est en train de demander u pouvoir d’organiser que Dalein et les autres doivent poser des conditions au lieu de tenir des propos guerriers décourageant. Au dialogue, qu’ils y aillent avec un mémorendum qui comprend la reprise totale de l’enrôlement des électeurs et l’organisation d’élection couplées comprenant la présidentielle, les législatives et le référendum“.

La Cedeao doit proposer des solutions pour la Guinée

Pour une autre commentateur, ” comme au Mali la Cedeao a proposé une reprise des législatives dans les circonscriptions où le gouvernement a triché, elle devrait faire de même en Guinée. Ici, c’est partout, en commençant par la Haute Guinée, que les élections se sont mal déroulées. Dans cette zone, il y a eu bourrage d’urnes et dans d’autres, l’omniprésence policière et militaire a empêché le vote. Donc en jumelant toutes ces élections, nous aurons un Président et des députés élus correctement et une Constitution votée normalement“.

Une chose est sûre, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré seront les gagnants de la tenue du dialogue. Car ils pourront y imposer leurs conditions, qui sont identiques à celles de la Communauté internationale dont l’Union européenne, particulièrement la France et l’Allemagne et des États-Unis et de l’Oif. La Cedeao, en faisant des propositions pour une sortie de crise au Mali, alors que le président IBK est à deux mois de la fin de son mandat, est obligée d’en faire à la Guinée dont le président, Alpha Condé, qui cherche à valider son coup d’État constitutionnel du 22 mars, veut s’offrir un nouveau mandat.

Khady THIAM

Source: guinafnews.com