Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) s’appuie sur les dispositions de l’article 15.2 de l’Acte Additionnel A/SA.02/12 qui donnent le droit aux citoyens de la CEDEAO de dénoncer, auprès du Président de la Commission, toute infraction aux règles communautaires, pour mener sa démarche.

Dans ce courrier signé par le conseil de la plateforme, une alerte est faite à l’institution ouest-africaine sur la volonté du Gouvernement Guinéen, de modifier le Code électoral en vigueur.

L’avocat du front Me Alpha Yaya Dramé mentionne qu’aux termes de l’article 2.1 du Protocole A/SP1/12/01 sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance: « Aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédant les élections, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques ».

Par sa voix, les opposants promettent de ne pas laisser se produire « une énième violation de la législation nationale sans réagir promptement, par les voies de droits instituées par notre communauté ».

Nous vous invitons à parcourir entièrement ci-dessous ledit courrier

Actujeune.com