Cette réponse était attendue depuis quelques semaines sur la question d’une éventuelle homologation de l’artemisia dans le protocole de traitement contre la Covid-19. Les choses semblent se préciser et le vent, tourner en faveur des défenseurs de ce remède promu par Dr Habib Kourouma en Guinée et en Afrique, par le très obstiné président malgache Andry Rajoelina. 

C’est finalement dans son quatrième avis que le Conseil Scientifique de Riposte (CSR) a fait référence à l’utilisation de cet antidote.

Au niveau du quatrième axe de leurs recommandations, Dr Yolande Hijazi et cie, proposent que tout traitement contre la Covid-19 soit soumis à une évaluation d’efficacité et de tolérance. Les protocoles d’essai clinique devront être à cet effet, validé par le Comité National d’Ethique et de Recherche en Santé (CNERS).

L’artemisia, le fameux présumé remède, fera l’objet d’un essai clinique, mais pas avant l’approbation d’un protocole d’essai que devra fournir ses promoteurs notamment Dr Habib Kourouma à la structure compétente.

Voici les deux dimensions prises en compte dans cette recommandation

  • La conduite d’essais cliniques portant sur des phytomédicaments élaborés par l’Institut de Recherche et de Valorisation des Plantes Médicinales et Alimentaires de Guinée (Dubréka) selon 2 protocoles soumis au Conseil Scientifique et CNERS pour avis.
  • La conduite d’un essai clinique sur l’efficacité et la tolérance de Artemisia annua dans le traitement de COVID-19. Le détenteur de cette recette devra soumettre un protocole d’essai clinique au CNERS pour validation.

Les regards restent tournés désormais vers Dr Habib pour la mise à disposition de son protocole d’essai et le CNERS pour la conduite des essais. Tout en espérant que les guinéens en finissent une fois pour toute avec le Coronavirus, avec le moins de victimes possibles.

Daraba Moussa