L’affaire s’est vite emparée de la cité et des réseaux sociaux. Elle ne cesse de faire un véritable tollé. Certains patrons de sites d’informations privés dénoncent ce qu’ils qualifient de « mauvaise foi » dans la répartition de la subvention accordée par l’Etat guinéen, aux différents médias. Ils pointent du doigt les associations de presse qui ont la charge de procéder aux différentes allocations. 

C’est le cas de Moussa Campos Soumah, patron du site universport.net. Il indique que son site a été omis lors de la répartition, pendant qu’il est à sa sixième année d’exercice.

Un ami m’a alerté pour me dire que le non de mon site avait été homis de la clé de répartition. Alors j’ai cherché à comprendre. Le secrétaire Général Monsieur Savané m’a dit : “Campos, je connais ton site et tout le monde te connaît. C’est pas le bon document que tu as reçu”. Et quand le bon est venu j’ai pas retrouvé le nom de mon site. Je leur ai écrit pour leur dire de me rétablir dans mes droits, mais jusque-là il n’y a eu de suite. La clé de répartition a été transmise à la Haute Autorité de la Communication et de l’information et je n’ai reçu aucun sou. Cela fait six (6) ans que mon site existe bel et bien .

Moussa Campos Soumah

Poursuivant, le patron d’Espace Kania menace que s’il n’obtient gain de cause, il saisira la justice pour trancher. « Je ne vais pas laisser. Je vais alerter la Haute Autorité de la communication et de l’information. Si je n’obtiens gain de cause, c’est la justice qui va juger entre l’AGUIPEL et moi »

D’autres médias également, appuient la thèse de Campos et dénoncent un certain favoritisme dans la répartition des montants. Pathé Diallo, administrateur général du site sportsguineens.com rapporte qu’il lui a été attribué un montant « dérisoire » de 316 000 GNF, alors que son site a reçu plus de 6 000 000 GNF en 2018. Et le paradoxe est que l’AGUIPEL leurs avait notifié que la présente clé de répartition devrait prendre en compte, les critères d’évaluation de 2018.

Réaction de l’AGUIPEL

Joint au téléphone, le président de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL), Amadou Tam Camara, indique que l’omission d’un site est purement liée à son inactivité. « Quand ton site ne fonctionne pas tu ne bénéficies pas ».

Quant à l’accustion de favoritisme dans la réparation des montants, portée par certains sites à l’endroit de l’AGUIPEL, Amadou Tam répond.

Tous les grands sites ont le même montant. Ils disposent d’un siège et des employés. Où est le favoritisme ? Mais quand tu as un certain site qui n’est représenté que par une seule personne, qui n’a pas de siège, qui n’a pas d’employés et qui veut le même montant. C’est impossible. C’est ça l’explication »

Amadou Tam Camara

Abdoulaye KABA