Déclaré guéri il y a de cela deux semaines, le chroniqueur Mohamed Mara est intervenu ce mardi dans l’émission les Grandes-gueules qu’il animait encore il y a quelques semaines, avant d’être testé positif au Covid-19. 

Aucours de son intervention, le miraculé a apporté un témoignage plutôt alarmant, pour dit-il alerter la population et les autorités. Il nous conte une situation que vivent son épouse et ses enfants.

Lorsque j’ai été déclaré positif et le lendemain j’ai été admis à l’hôpital. Au passage du ministre, je l’interpelle et je dis: Monsieur le ministre, qu’en sera-t-il de ma femme et des enfants, puisque j’ai été malade pendant au moins deux semaines à la maison sans savoir que je souffrais de ce mal ? Alors il s’est engagé à les faire dépister. Mais écoutez, depuis le 06 avril 2020, mon épouse a été dépistée avec mes deux enfants. Mais à date elle n’a jamais reçu les résultats. La semaine dernière je lui ai demandé de retourner à Donka à nouveau pour se faire dépister. Parceque pendant mon temps de traitement, ma femme à la maison, avait commencé à avoir bizarrement les mêmes symptômes, et elle continue d’attendre », a-t-il dénoncé. 

Mohamed Mara

Poursuivant son propos, il évoque qu’il a dû prendre des dispositions pour soumettre sa femme à une “automédication“, tout en étant bien conscient du danger qui est lié à cela.

« Je ne le dis pas pour que les gens imitent cet exemple, mais je veux alerter l’Etat sur un danger, aujourd’hui qui est réel. J’ai demandé à des amis médecins et pharmaciens de trouver une boîte de plaquenil pour mon épouse et des boites d’Azithromycine pour la suivre à la maison, parceque l’ANSS ne livrait toujours pas ses résultats ».

Mohamed Mara a également profité de l’occasion pour inviter les autorités à prendre des mesures fortes afin de retrouver les nombreux cas positifs (près de 500 personnes) disséminés à travers la population, augmentant ainsi le risque de propagation de la maladie à virus Corona. « Il faut donner leur identité, que les populations puissent les démasquer et les signaler », a-t-il martelé. 

Abdoulaye