Question introductive : l’Esthétique est-elle est une science ?
Face à cette question dialectique, deux écoles sont opposées, les adversaires et les partisans.

Les adversaires
Selon eux, l’esthétique n’est pas une science pour deux raisons:

  • Primo
    Ses résultats ne sont pas universels comme pour la chimie, la physique, les mathématiques… Pour preuve, face au beau les amateurs peuvent-ils avoir les mêmes avis? La belle chose peut-elle plaire à tous, de la même manière? Le caractère subjectif du beau nous pousse à répondre à  toutes ces questions à la négative ,puisque ce qui est beau pour le crapaud, ne l’est pas pour le serpent ainsi de suite « Il n’ y a pas de beauté qui puisse plaire à l’assentiment de tous » cette affirmation de HEGEL en est une parfaite illustration.
  • Secundo
    L’esthétique n’est pas une science dans la mesure où elle n’a pas une définition digne de nom ,un objet précis et une méthode particulière. Cela crée des doutes sur sa scientificité aux yeux des français (adversaires).

Pour les partisans, l’esthétique est bel et bien  une science puisque si le beau mérite d’être étudié en tant qu’objet ,alors seule l’esthétique peut dans ce cas s’en occuper ,ni la physique ,ni la chimie encore moins  l’histoire ne peuvent l’étudier rationnellement . 

Alors qu’est ce que c’est que l’esthétique ?

  • Définition
    Le néologisme esthétique tel que nous l’etudions aujourd’hui est employé pour la première  fois dans ”Aesthetica” du disciple de Christian Wolf , Le maître des beaux arts Alexander GOTTLIEB BUNGATTERN. Du latin aisthesis tiré du substantif aesthetica l’équivalent d’estheticos en grec qui, littérairement signifie: Le sentiment, la sensation et la faculté du beau.

Plusieurs auteurs ont chacun proposé une définition suivant des critères personnels. Hegel, Kant, Platon etc., en sont quelques auteurs célèbres.

Alors il est à retenir que l’esthétique est une composante de la philosophie qui étudie le beau, le goût et l’art d’une manière générale.
C’est ce qui nous pousse d’ailleurs à parler de son objet d’étude.

  • Objet
    Elle étudie le beau et cherche davantage à s’intéresser au goût.

Dans cette étude du beau naissent deux types : Le beau naturel, produit du grand artiste (Dieu ). De ce type nous avons comme exemple : Le paysage, la faune, la flore, le beau visage… Nous avons aussi le beau artistique qui est l’oeuvre de la créature créatrice, le créateur des formes originales (l’artiste ). Nous citerons alors  : la beauté du roman , d’un film ,d’une musique ,d’une statue… « L’esthétique est une science qui a pour objet le vaste empire du beau » martèle Hegel .

Retenons qu’il y a des types qui naissent de là, comme: l’esthétique musicale, architecturale, sculpturale, oratoire, gestuelle, littéraire comparée et comparative. Comme pour dire que   le beau est complexe et polysémique .

Méthode
Elle comprend trois principales méthodes

  • La Déduction ou la méthode rationnelle qui place l’esprit au centre de l’acceptation du beau développée par les idéalistes et rationalistes comme Platon , Descartes… « Le beau est dans le monde intelligible… » Autrement le beau se trouve dans l’esprit de celui qui contemple .
  • L’induction ou la méthode sensorielle qui s’attèle aux organes de sens dans l’acceptation du beau . C’est la position de Berkeley par exemple qui dira que « le beau est ce qui est perçu ». 
  • La dialectisation

C’est la méthode synthèse. Donc pour mieux apprécier, il faut un rapport entre le construit et le vécu dira Gaston Bachelard.

Cours Proposé par Kemo Mali Fofana (Bossuet) / Professeur de Philosophie – Histoire, Auditeur en Master 2