Face aux répercussions de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 sur le secteur éducatif en général, le Ministère de l’Enseignement Supérieur s’active à apporter des réponses afin de sauver l’année universitaire en cours.

C’est aucours d’une conférence tenue ce lundi 20 avril 2020, entre le Ministre en charge de l’enseignement supérieur, les Recteurs et Directeurs Généraux des Institutions d’Enseignement Supérieur  Publiques (CRDG), et la Chambre Représentative de l’Enseignement Supérieur Privé (CRESUP), que la question a été soumise au débat. 

Le Ministre Khader Yacine Barry à travers son département, souhaite sauver l’année universitaire en cours en permettant à tous de bénéficier des 15 semaines de cours sur place restant, après la mesure de fermeture des écoles. Et pour cela, son département pourrait envisager dans les prochains jours un réaménagement du calendrier universitaire.

Paiement des bourses d’entretien et appui à la continuité pédagogique 

Au cours des échanges, certains points comme l’appui à la continuité pédagogique et le paiement des bourses des étudiants au titre du premier trimestre, ont été également abordés.

Le Ministre a invité la CRDG, à lui proposer un plan détaillé du mécanisme de paiement physique des bourses d’entretien du premier trimestre. Mais il exige que ce plan soit accompagner par un dispositif sanitaire rigoureux pour préserver la santé des étudiants.

Pour le l’appui à la continuité pédagogique, la CRDG a soutenu l’option visant à offrir un soutien académique par la mise en ligne de supports pédagogiques. Elle indique qu’il ne s’agira pas d’un substitut aux cours en salle de classe. Et selon les exigences du ministre cette approche devrait prendre en compte le fait que les étudiants et les enseignants ne sont pas tous égaux devant les outils informatiques et l’accès à internet, afin de prévenir toute forme de discrimination.

Des concertations techniques entre le ministère, la CRDG et la CRESUP sont prévues dans les jours à venir afin de parvenir à la concrétisation des propositions avancées. 

Abdoulaye KABA