Quelques heures après l’annonce du décès du désormais ex-président de la CENI guinéenne, notre rédaction a fait réagir le Front National pour la Défense de la Constitution. A chaud, nous avons eu le chargé des opérations de cette plateforme de la société civile, en l’occurence Ibrahima Diallo. On pouvait comprendre la tristesse dans sa voix lors de l’échange.

« En tant que religieux, tout ce que nous pouvons faire c’est de regretter sa mort. Quoi qu’il en soit, il était quand même le président d’une grande institution de notre pays, la CENI. Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’adresser nos condoléances les plus attristées à sa famille, à  ses collaborateurs et au peuple de Guinée » a-t-il témoigné.

Puisque le défunt est celui qui a piloté le double scrutin contesté du 22 mars par l’opposition, Ibrahima Diallo précise « Nous ne commentons pas cela, puisque la mort est arrivée. Ce qu’il y avait à dénoncer nous l’avons fait à son vivant ».

Bangaly Bintou