3000! C’est le nombre de cas que la Chine a enregistré avant la déclaration de la pandémie dans le pays. Les autorités bien au courant, ont tenté de dissimuler cette information capitale, nous apprend-on.

C’est à travers des documents internes du gouvernement chinois que l’information a filtré. Le 20 janvier 2020, le président Xi Jinping a officiellement pris la parole pour avertir le public du danger d’un virus à Wuhan. Pourtant dès le 14 janvier, des hauts responsables chinois étaient au courant que le pays était probablement confronté à une épidémie du nouveau coronavirus, a rapporté Associated Press (AP). Mais ils ont préféré se taire là-dessus et durant cet intervalle de temps, plus de 3.000 personnes auraient été contaminées en Chine.

Pour Le docteur Zuo-Feng Zhang, épidémiologiste à l’Université de Californie située à Los Angeles, ce retard est à la base de la forte propagation du virus dans le pays: « S’ils étaient intervenus six jours plus tôt, il y aurait eu beaucoup moins de patients et les installations médicales auraient été suffisantes », a t-il évoqué. 

Depuis le début de l’épidémie, la Chine a enregistré plus de 82 000 cas de coronavirus et 3 341 décès. 

Alors que les autorités ont entamé il y a quelques jours le deconfinement progressif de la ville de Wuhan (foyer principal de la pandémie), le pays fait face à une résurgence due aux malades asymptomatiques et les cas “importés”.

Une deuxième vague de la pandémie serait-elle à craindre ?

Abdoulaye KABA