C’est ce mercredi 12 mars que la mission de la CEDEAO, faite de trois experts en audit du fichier électoral, après plus d’une semaine de travaux, a rendu public le rapport de son travail. Pour le chef de file de l’opposition, en séjour à Abuja, cet inventaire du fichier électoral guinéen comporte des failles. Il ne semble pas convaincu.

« Le rapport de la CEDEAO, bien que non objectif dans son diagnostic et dans ses recommandations, montre néanmoins que nous avons eu raison d’exiger la reprise de ce Fichier. En effet, aucun scrutin organisé sur cette base ne saurait être juste et crédible. » a-t-il fait savoir sur ses canaux digitaux de communication.

Cette mission qui devra prendre fin ce 13 mars aura-t-elle réussi à répondre aux attentes de la classe politique guinéenne? Si l’on ne peut y répondre avec assurance, on peut tout de même détecter les premières lueurs d’un échec au regard de cette réaction du président de l’UFDG.

Moussa