Après Salim Souaré, qui a laissé entendre que les spectacles d’artistes originaires du Fouta s’organisent au Belvédère, en raison de la proximité du public cible de l’endroit en question, Mamadou Thug abonde dans le même sens, mais révèle l’autre côté caché de la situation.

L’artiste approuve la thèse du DG de Kalac mais explique aussi le rejet des artistes par l’administration du palais du peuple. « Aujourd’hui, la musique pastorale a pris d’assaut le belvédère, c’est bien comme l’a dit mon frère Salim. Il faut tenir compte du public environnant. Mais l’autre côté qu’on ne dit pas, c’est par ce que beaucoup de spectacle  des artistes (Hali poulard) ont été refusé au palais ça, ça se dit pas ». 

Suivant l’entretien, Mamadou Thug apporte des précisions par rapport au cadre inapproprié de l’espace « Le belvédère reçoit plus que le palais, mais je pense pour le respect des musiciens de la musique pastorale, c’est le  palais qui est beaucoup plus propice, on ne peut pas organiser au belvédère et faire venir des artistes là où il n’y a pas de coulisses pour les artistes à plus forte raison des lumières de qualités. Quand un artiste a besoin de partir dans la douche, il partage la même douche que le public ». 

Le star guinéenne de l’humour n’a pas manqué de brocarder l’agence guinéenne de spectacle. « C’est l’agence guinéenne de spectacle qui doit prendre sa responsabilité, parfois elle doit imposer au local de prendre toutes les mesures. On ne peut pas parfois investir 7 millions pour un local et que les artistes s’asseyent près des ordures>> a-t-il renchéri.

Cette sortie vient relancer le débat sur les espaces de distraction et lieux de spectacles en Guinée.

Diaby