La multitude de concerts organisés par les artistes originaires du Fouta au belvédère, laisse penser que c’est désormais l’espace dédié à la musique pastorale. Pourtant dans les habitudes des acteurs culturels, c’est le palais qui abrite les concerts et dédicaces. Ne serait-ce que pour leur conférer une dimension nationale. 

Si cela ne se dit pas souvent officiellement, d’aucuns voient dans le choix du Belvédère, une démarche communautariste, « L’entre-soi » en quelques sortes. 

Voulant y voir plus claire, nous sommes allés à la rencontre d’un connaisseur du domaine. Quelqu’un qui, pour avoir fait ses preuves, dans la mobilisation et dans la constance est légitime pour en parler. 

Salim Souaré, DG des radio et télé culturelles Kalac, concepteur de la « Nuit du Pödha » et organisateurs de multiples concerts, notamment la sortie du premier album de Saïfon Baldé, s’est donc prêté à nos questions. L’animateur de Mandingue Suprême voit les choses autrement. Pour  lui, c’est un choix qui n’est pas lié à une cause inavouée et qui est explicable.

« C’est par la proximité souvent que ces concerts sont organisés au Belvédère, nos premiers clients sont par exemple à la Minière, Hamdalaye, Bambeto, Cosa Wanindara … Ils sont donc un tout petit peu reculés. Donc  on tient compte du déplacement qu’ils effectuent, et l’espace le plus proche de nos clients, c’est bien le Belvédère, qui peut accueillir 3000 personnes. Sinon, les Lamah Sidibe et tant d’autres ont déjà fait des gros concerts au palais.  Mais la proximité aidant, ils préfèrent beaucoup plus le Belvédère qui peut même accueillir plus que le palais du peuple actuellement. Donc tout cela fait que, les promoteurs de musique pastorale se disent, nous par rapport à la proximité et la grandeur de l’espace, préférons le Belvédère ». 

Le Belvédère à ce titre est devenu un véritable Hub culturel. Il abritera d’ailleurs le 21 Mars, le concert dédicace du jeune artiste Saïfond Baldé, une des grandes révélations de ce dernier semestre, qui occupe une place importante au sein du hit parade national.

DIABY