L’un est un motocycliste et se charge d’assurer le déplacement des populations et de leurs bien d’un point à un autre par le biais de son engin. Il est appelé taxi motard. L’autre est un corps habillé, vêtu d’un pantalon noir et d’une chemise bleu ciel. Il est investi de la mission de réguler la circulation routière pour un déplacement libre et sécurisé des usagers. Aujourd’hui, la relation entre ces deux s’avère très tendue. Elle peut parfois aboutir à des disputes très chaudes allant jusqu’à des échanges de coup-de-point.

Fanta Kanté est brigadière au service de sécurité routière de Sonfonia. Nous l’avons rencontrée ce matin en activité, munie d’un vieux tuyau lui servant de matraque, au carrefour du marché de Lambanyi, dans la commune de Ratoma. Interrogée, elle pense que la police ne fait que son travail et surtout que cette dernière ne brutalise pas les taxi-motards : « Nous sommes là pour assurer la sécurité routière. Beaucoup de taxis motards ne se comportent pas bien. Certains ne portent pas de casque dans la conduite. Quand nous voyons des taxis motards en infraction, nous les interpellons et les verbalisons. Nous sommes pas là pour brigander ni les quémander »

Pour ce motard qui a préféré garder l’anonymat, la responsabilité de la situation est partagée entre les deux acteurs et les taxi motards sont très souvent les premiers a provoquer:« Nous rencontrons trop de problèmes avec les policiers. Ceux de la sécurité routière nous fatiguent trop. Mais chez nous les motards aussi il y a des problèmes. Certains ne respectent pas les codes de route, ne portent pas de casque et d’autres conduisent sans paires de chaussures fermées. C’est à cause de ça que les policiers nous violentent le plus souvent. Parce que quand ils te voient en infraction ils te demandent de t’arrêter. Si tu ne t’arrêtes pas ils se jettent sur toi »

Ces accrochages entre taxi-motards et agents de sécurité routière sur les voies publiques mettent en danger les passagers des motos et entraînent également des perturbations discontinues du trafic routier. 

Abdoulaye