Le verdict dans le procès des dix syndicalistes du SLECG d’Aboubacar Soumah est tombé ce jeudi au tribunal de première instance de Mafanco. Poursuivis pour menaces, injures, trouble à l’ordre public…, Abdoulaye Portos Diallo et camarades ont été purement et simplement relaxés par le juge en charge du dossier. 

C’est une grande victoire s’exclame l’avocat de la défense, Me Salifou Béavogui qui aura bataillé comme un beau diable durant ce périple judiciaire. « Neuf enseignants ont été arbitrairement arrêtés sur instigation du proviseur du lycée de Bonfi pour rien. Ils ont été mis en prison. On a cherché à leur coller toutes sortes d’infractions, mais aujourd’hui ils ont été libérés. Rien n’a été retenu contre eux, ils ont été relaxés des fins de la poursuite », s’est-il félicité.

Parmi ces syndicalistes, un seul a été condamné à quatre mois de prison avec sursis mais l’avocat des causes difficiles promet de ne pas reculer. Il promet d’interjeter appel pour Thierno, le professeur de mathématiques, qui a été condamné. 

Me Salifou Beavogui rassure qu’une plainte sera introduite contre le proviseur du lycée Bonfi pour répondre sa “forfaiture”. « Nous allons nous aussi porter notre plainte contre le proviseur. Lui aussi sera jugé et condamné ici s’il plaît à Dieu ».

Cet épisode judiciaire qui s’est presque clos apportera t-il du baume au cœur des syndicalistes du SLECG? Attendons de voir!

Yam’s