Alseny Farinta CAMARA fait partie des « 50 jeunes qui ont fait bouger la Guinée en 2019 » selon les J-Awards Guinée, il fut l’un des cinq meilleurs jeunes activistes de l’année. C’est aussi le Coordinateur de l’antenne du Front National pour la Défense de la Constitution ( FNDC) dans la cité des agrumes, également membre actif de la coordination nationale de la même coalition. Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction, il situe le niveau de responsabilité des jeunes au sein du FNDC.

ActuJeune: Le FNDC a été lancé officiellement il y a environ dix (10) mois. Peut-on aujourd’hui parler d’acquis ?

Farinta: Quand vous regardez aujourd’hui l’engouement qu’il y a autour du FNDC, vous comprendrez aisément que le salut de la Guinée réside en cette coalition. Cela est un acquis important. Car depuis 1958, la Guinée n’a jamais eu l’occasion de s’unir et parler d’une même voix aussi bien qu’au sein du FNDC.

AJ: Le FNDC est une coalition composée majoritairement de jeunes. Quel est le véritable niveau de responsabilité de ceux-ci dans la lutte menée ?

Farinta: Le niveau d’implication des jeunes au sein du FNDC est très élevé. Ils sont à tous les niveaux, dans le processus de prise de décisions en passant par la mise en œuvre des différentes actions. Il faut surtout rappeler qu’avant tout, c’est un combat des jeunes et des femmes de Guinée.

AJ: Par quel mécanisme les jeunes participent-ils aux prises de décisions au sein de la coalition?

Farinta: Lorsque vous prenez les antennes dans les 33 préfectures mais aussi à l’extérieur du pays, elles sont majoritairement coordonnées par des jeunes âgés de moins de 35 ans et qui sont aussi très impliqués dans la coordination nationale. Au-delà des orientations du comité de pilotage et de la coordination nationale, ces responsables d’antennes décident souvent des actions à mener dans leurs préfectures respectives étant donné que les réalités de celles-ci diffèrent de celles de Conakry.

AJ: Plusieurs de vos sorties se sont transformées en vifs affrontements avec les forces de l’ordre, des jeunes guinéens ont malheureusement payé au prix de leurs vies, et d’autres, blessés gravement. Votre réaction par rapport à cet état de fait.

Farinta: Tout d’abord permettez-moi d’adresser toutes mes condoléances aux différentes familles des victimes mais aussi souhaiter prompt rétablissement à ces milliers de blessés. C’est vraiment regrettable que depuis le 14 Octobre dernier l’on ait enregistré maintenant plus de 30 morts. Je pense que les forces de l’ordre doivent accepter de changer de comportement, car la Guinée n’appartient pas à un individu ni à un groupe d’individus particuliers. Elle nous appartient tous et personne n’a intérêt à ce que le pays brûle.

AJ: La CENI a fixé la date des élections législatives et rendu public la liste des candidats, cela malgré la décision de boycott du processus par les principaux partis de l’opposition. Votre réaction.

Farinta: Les élections législatives annoncées par la CENI ne nous font ni chaud ni froid. Et nous nous “foutons pas mal” du décret de farce pris par Alpha Condé. Mais ce qui reste clair, nous allons les empêcher parce que ce sont des élections qui visent à octroyer un 3ème mandat à Monsieur Alpha Condé.

Rappelons que le FNDC continue toujours son opposition à un éventuel 3ème mandat du Professeur Alpha Condé et une quelconque modification de la constitution. Elle est à sa deuxième semaine consécutive de déroulement de sa “résistance citoyenne active et permanente”. Une stratégie qui est entrain de paralyser les activités à travers le pays.

Entretien réalisé par Abdoulaye.