Il n’y pas eu de trêve ce jeudi à Labé. On dénombre 3 morts et plusieurs blessés en moins de 24 heures. L’antenne régionale du FNDC a poursuivi sa résistance active. Des jeunes ont érigé des barricades sur l’ensemble des artères principales paralysant ainsi toutes les activités. Son coordinateur régional a précisé que la désobéissance civile sera largement observée à chaque manifestation.

Le FNDC de la ville de Karamoko Alpha ne fléchit pas. Son coordinateur régional Habib Bah l’a signifié dans la soirée de ce mercredi sur sa page Facebook. Animé par cette même énergie, il n’a pas mâché ses mots dans une interview qu’il a accordée à nos confrères de Radio Espace, ce jeudi 23 janvier 2020 : « C’est une décision qui a été concertée avec la coordination nationale, donc ce n’est pas un acte isolé que la coordination de Labé vient de faire. La phase où nous sommes, on ne peut pas aller en synergie dans les actions tout le temps parce que les réalités diffèrent d’un endroit à un autre. »

Dans le centre urbain, des activités semblaient reprendre timidement mais ; aux environs de 10H, des jeunes surexcités avaient commencé à ériger des barricades un peu partout dans la ville. De Boloko carrefour Billaly en passant par le rondpoint Hogombouro, le quartier mosquée, le marché des légumes via Lassassé : les artères étaient barricadées. Des boutiques et magasins étaient fermés. Cette méthode peut changer d’une manière ou d’une autre ; tout dépendra des décisions qui seront prises à l’interne précise Habib Bah coordinateur régional du FNDC Labé : « Il se peut que les réalités sur le terrain changent la donne. Là nous sommes à une phase de désobéissance civile. On peut se lever un bon matin et on se dit on fait ça ou aujourd’hui on entame telle action ça se passe comme ça maintenant. »

La stratégie d’aujourd’hui était d’onc d’encercler le gouvernorat et réclamer le départ du gouverneur de la ville Madifing Diané. Mais la réquisition de l’armée et la venue des renforts sur le terrain n’ont pas empêché l’éclatement d’un affrontement entre des forces de l’ordre et des manifestants en colère. Selon nos informations cette émeute s’est soldée de deux morts et de plusieurs blessés graves. Un d’entre eux a succombé à ses blessures dans la soirée ; il s’agit d’un ambulancier de l’hôpital régional de Labé.