L’annonce a été faite par Boubacar Sylla, président du Forum Civil Citoyen. Cette fois, c’est le collectif des organisations de la société civile guinéenne. Il vient contrecarrer celui dirigé par Dr. Dansa Kourouma, jusqu’ici, président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, qui reste aujourd’hui décrié par la majeure partie des acteurs du mouvement social du pays. 

Ces organisations de la société civile reprochent à Dr. Dansa Kourouma de ne pas jouer franc-jeu  au sein de la plateforme qu’il dirige. Boubacar Sylla, président du forum civil citoyen et membre de RONJEP témoigne, «Pour la petite histoire en 2016, j’ai démissionné du bureau. Et notre plateforme RONJEP, est membre fondateur du conseil national des organisations de la société civile. Et c’est pas le RONJEP qui a démissionné, c’est moi qui ai démissionné du bureau. Parce que la gouvernance n’y était pas».

Au delà de cette première charge, Boubacar Sylla dénonce aussi le caractère indélicat de Dr. Dansa Kourouma, qui se justifie par l’organisation d’un pré-congrès à Dabola et un congrès de validation de son bureau récemment à Kindia. Un acte qui viole les dispositifs de statuts et règlements intérieurs du CNOSCG qu’il dirige selon notre interlocuteur. «S’il a fait le petit copinage avec ses amis pour aller dire qu’ils ont organisé un congrès et un pré-congrès, cela n’engage que lui. Et dans aucun dispositif statutaire du conseil national, on a besoin d’être reconnu par un huissier de justice. C’est qu’il s’attend aujourd’hui à ce qu’on lui présente devant un tribunal. Mais nous on le fera pas».

Cependant, ce que vont faire le président du forum civil citoyen et ses paires, c’est de barrer la route à Dansa Kourouma qui selon eux, n’est plus représentatif au sein de la société civile guinéenne. «A ce jour, il y a un collectif des organisations de la société civile qui est en train de faire un travail en profondeur pour sortir le collectif national des organisations de la société civile guinéenne de cette situation. C’est pourquoi les gens ont dit que c’est le CNOSCG renouveau. Oui! Je peux dire comme ça » , lance t-il.

Cette nouvelle plateforme aura pour mission de jouer un rôle d’impartialité et de médiation entre l’État, les citoyens et les partis politiques a en fin rassuré Boubacar Sylla.

YAM’S