Alors que le pouvoir de feu général Lansana Conté agonisait, les guinéens, comme un seul homme, se réunissaient pour protester contre la pauvreté accablante. Une misère causée par une élite corrompue jusqu’aux os. Les centrales syndicales CNTG-USTG menaient magistralement cette lutte qui s’est soldée par la mise en place d’un gouvernement de large consensus, à la tête duquel il y avait un certain Lansana Kouyaté. Le coordinateur national de la Maison des Associations et Ong de Guinée (MAOG), Lansana Diawara, raconte.

Le lundi 22 janvier 2007, alors qu’une importante grève générale illimitée déclenchée par les centrales syndicales paralysait tout le pays, plusieurs activistes de la société civile appellent à une marche pacifique pour contraindre le pouvoir à entendre les revendications des citoyens.

Mais, la manifestation est réprimée violemment par les forces de l’ordre, notamment au niveau du pont 08 novembre, porte d’’entrée de la commune de Kaloum. Le bilan de cette journée fait état de près de 200  morts à Conakry, plusieurs arrestations, mais aussi d’importants dégâts matériels dont des édifices publics détruits dans de nombreuses parties du pays.

Alors qu’on dénombrait parmi les tués, plusieurs jeunes. Comme par coïncidence, la journée du 22 Janvier 2020 s’annonce électrique, grève de syndicats, contestation d’une partie de la société civile et de la classe politique.

A quand le changement tant désiré en Guinée? Seul Dieu le sait! Paix à leurs âmes.

D.M.