Le palais  du peuple est le siège du perchoir de la République de Guinée. L’assemblée nationale occupe 80% des locaux, mais il ne paye aucun frais à l’administration du site. Une situation que déplore un des administrateurs de ce patrimoine historique, qui fait aussi partie des plus emblématiques du pays.

“A l’origine, il y avait un hôtel d’hébergement. Des chefs d’États ont habité ici, c’était un bâtiment de souveraineté. Mais je reproche à l’administration parlementaire d’avoir fait autant de mandatures depuis la deuxième République et voté tous les budgets sans avoir insisté sur la mise en place d’un fond de reconstruction du palais, qui leur sert pourtant d’abri” dénonce t-il.

Notre interlocuteur qui requiert l’anonymat a renchéri, en dénonçant également l’occupation du bâtiment censé héberger l’administrateur général, par la ligue guinéenne de football professionnel qui y a établi son siège.

Si tous les occupants du palais du peuple et de ses démembrements se libéraient de leurs obligations, le palais n’aurait pas affiché un tel visage. 

Le parlement devrait se défaire de ses obligations vis-à-vis de son bailleur qui n’est autre que l’administration du palais du peuple. L’hémicycle est l’endroit ou sont votées les lois de la République. Nos honorables députés disposent de tous les moyens légaux pour contraindre si nécessaire, l’exécutif à non seulement prendre en charge dans le budget national, le règlement de leur loyer mais surtout, la rénovation rapide de ce patrimoine.

Ce patrimoine qui représente une partie de l’histoire de la Guinée aurait pu mériter un peu plus d’attention de la part des décideurs. Mais… c’est le pays.