Koba est une sous-préfecture de la Basse-Guinée rattachée à la Préfecture de Boffa. C’est aussi une zone côtière très arrosée et prisée par les touristes. Elle abrite également un célèbre port de pêche, qui constitue d’ailleurs une des principales sources de revenus d’une bonne partie de la population. Derrière ce dynamisme commercial, se cache une situation bien curieuse.

Il est “formellement” interdit aux femmes qui portent un pantalon, d’entrer dans le port de Koba. Une situation insolite, confondue avec les habitudes au point de devenir une tradition, que nous avons tout de même essayé de comprendre à travers les résidants de la localité. 

C’est d’abord un jeune motard qui tente d’expliquer les raisons de cette interdiction: « dans le port, les gens prient et ce n’est pas bien que les femmes portent des pantalons pour y accéder donc c’est normal que ça soit ainsi ». Puis une jeune vendeuse sur place témoigne « Je ne connais pas les vraies raisons de cette situation mais j’essaie de me conformer, je n’y trouve aucune objection».

“C’est ma première nouvelle, sinon j’ai vécu à koba depuis longtemps je n’ai jamais entendu ça, sûrement ils viennent d’instaurer ça” estime Mabinty Conté, une Kobaka.

Les véritables raisons de cette interdiction ne nous ont pas été révélées. Nos tentatives de comprendre auprès des voix les mieux autorisées sont restées vaines. Le grand paradoxe est qu’on constate la présence sur les lieux de femmes et jeunes dames vêtues de jupes et de robes, avec des mèches tissées sur la tête, ce qui écarte complètement la piste d’une quelconque exigence religieuse. La cause est ailleurs.